Evaluation de la chiropraxie et son impact économique.

  • Les premières publications remontent au début des années 70

Industrial Back injury by C. Richard Wolf,M.D. Dec 1972.  

  • En 1985, un essai clinique remarquable dans le cadre de l’incidence des soins chiropratiques sur l’incapacité de travail a été mené à l’hôpital universitaire de Saskatoon (canada). 202 patients (81%) sur 238 (en incapacité de travail depuis en moyenne 7ans) ont repris une activité professionnelle normale après traitement intensif par un docteur en chiropratique. 

Kirkaldy-Willis WH, Cassidy JD. Spinal manipulation in the treatment of low back pain. Can Fam Phys 1985;31:528-40

  • Aux Etats Unis en mars 1996 un rapport « coût efficacité » de la chiropratique sur l’année octobre 1994- octobre 1995 pour les adhérants d’une HMO (organisme jouant le rôle de sécurité sociale et de mutuelle) a été rendu public. L’article conlut : « Nous sommes surpris de la relativement faible proportion de membres de cette HMO ayant choisi la chiropratique pour leurs problèmes de dos. Ce phénomène mérite que nous nous y attardions plus dans le futur. En effet si seulement la moitié des patients qui ont été traités dans l’autre circuit avaient été pris en charge par la chiropratique, les économies pour l’année auraient été supérieures (pour notre échantillon de 1957 personnes) à 215000 dollars(soit 175000 euros). Nous pensons que la prise en charge chiropratique est une méthode extrêmement prométeuse pour traiter les problèmes de dos et les douleurs cervicales. Nous recommandons son utilisation la plus large par le système HMO et par la communauté des praticiens de santé. » Une économie de 175 000 euros pour 2000 personnes en un an !!!! et un résultat plus efficace.

Mosley Cdet al. Cost effectiveness of chiropractic in a managed care setting.American Journal of Managed Care 1996;2:280-282. 

  •  Le rapport Manga demandé par le ministère de la santé de l’Ontario en 1993. Après une analyse qui a eu de profondes répercussions sur la reconnaissance de la chiropratique, tant en Ontario que dans le reste du Canada, le rapport conclut « que le traitement chiropratique pour les personnes souffrant de lombalgie est plus scientifique et plus sécuritaire que le traitement médical, est plus prisé par ces personnes et se révèle d’une très grande rentabilité. Le gouvernement pourrait économiser des centaines de millions de dollars chaque année s’il modifiait ses politiques en faveur des services chiropratiques pour la majorité des personnes qui souffrent de lombalgie ». Les principaux auteurs du rapport sont deux économistes de la santé de l’Université d’Ottawa : le professeur Pran Manga et le professeur Doug Angus.

Manga The effectiveness and cost-effectiveness of chiropractic management of low back pain 1993

Comparatif entre traitements chiropratiques et autres traitements médicaux.

  • AUMED (HMO) une assurance de couverture maladie a adressé à un centre chiropratique un panel de 100 patients en échec thérapeutique, dont 12 en attente de chirurgie du rachis pour hernie discale. Les résultats sont probants avec 86% de guérison et aucun recours à la chirurgie. Le rédacteur du rapport (un médecin) conclut que cette prise en charge chiropratique a fait économiser 250 000 dollars à l’assurance. Il a donc été décidé que l’ensemble des assurés de cette HMO devait consulter un docteur en chiropratique avant toute hospitalisation pour des douleurs rachidiennes.

Chiropractic Report AUMED Jan. 1988.

  • En 1994 une comparaison entre patients de chiropraticiens et patients de médecins et d’ostéopathes dans des contrats d’assurance a mis en évidence les économies substantielles pour les patients recevant les soins chiropratiques. Cette étude a trouvé que le total de la différence des coûts allait de 291 dollars à 1722 dollars par patients sur un période de 2 ans.

Stano M.Further analysis of health care cost for chiropractic and medical patients.J.M.P.T.,Vol 17,numéro 7, sept. 1994,442-446.

  • En 1988 une étude a été réalisée en Floride auprès des assurés d’une même compagnie d’assurance afin de comparer la gestion Chiropratique de cas de mal de dos avec la gestion médicale de ces cas. Le nombre moyen de jours d’invalidité temporaire totale a été réduit de 48,7% et le coût des soins réduits de 55,3% quand les soins prodigués sont faits par un docteur en Chiropratique.
  • Huas et Col ont fait une étude en 2005 portant sur la prise en charge de 2780 lombalgies par 60 docteurs en Chiropratique et 111 Médecins . Le résultat est une amélioration de la douleur et de l’incapacité de travail chez les patients traités par un docteur en chiropratique.

Cost-effectiveness of medical and chiropractic care for acute and chronic low back pain. HaasM et al. JMPT,2005 oct;28(8):555-63.

  • En 2004 Phelan  examine 43.000 dossiers d’ accidents du travail relatifs à des pathologies musculosqueletiques. Les coûts de prise en charge étaient respectivement en moyenne de 3519 dollars par patient pour la prise en charge médicale, de 5173 dollars pour la prise en charge pluridisciplinaire et de 663 dollars seulement pour la prise en charge Chiropratique.   La  différence entre les 2 types de prise en charge concernait également les journées de travail perdues. Les auteurs concluent ainsi leurs études « Les différences de coût des différentes prises en charge suggèrent par ces résultats un coût plus bas de traitement, moins de journées de travail perdues, moins d’utilisation d’autres services médicaux, et moins de dédommagements pour les patients traités par un docteur en Chiropratique. »

Phelan SP et al An evaluation of medical and chiropractic provider utilization and costs:treating injured workers in North Carolina.JMPT, Sept. 2007;27:442-8 

  • Des résultats comparables sont présentés par Ebralis en Australie dans le cadre de 1996 accidents du travail à l’origine de lombalgies mécaniques. En moyenne, le coût de la prise en charge médicale était de 1569 $ avec 25,56 jours d’arrêts de travail contre 392 $ et 6,26 jours d’arrêt de travail pour la prise en charge chiropratique. 

Ebralis P.S. Chiropractic Journal of Australia?Vol 22, Juin 1992, pages 47-53.

  • Pour éviter les écueils liés à des différences au niveau des pathologies ont été sélectionnés 3062 dossiers fournis par la caisse de compensation des travailleurs de l’ Utah (U.S.A.). Les auteurs ont ainsi obtenu des populations parfaitement comparables pour la prise en charge chiropratique et médicale. Le coût des arrêts de travail était 10 fois plus élevé dans le groupe ayant bénéficié d’une prise en charge médicale (688 dollars en moyenne) que dans le groupe traité par des docteurs en chiropratique (68 dollars en moyenne).

Jaris Journal of occupationnal Medecine Vol 33, numéro 8, Août 1991, p.847-852. 

  • Une étude réalisée en Floride en 1988 auprès des assurés d’une même compagnie d’assurance démontrait que la durée de la période d’indemnisation, représentée par le nombre moyen de jours d’invalidité temporaire totale était réduite de 48,7% lorsque les soins sont prodigués par des docteurs en chiropratique. Le coût des soins chiropratiques était réduit de 55,3% par rapport aux soins médicaux .

Steeve Wolk, PH.D. Director of Research, the Foundation for Chiropractic Education and Research. Sept. 1988. « A cost analysis of disability and treatment for back-related workers compensation cases ».

  • En 2007 , Sarnat et Col ont publié une étude concernant le recours par des patients à des docteurs en Chiropratique comme praticiens référents dans le cadre de la couverture maladie. Cette étude d’une durée de 7 années a porté sur un groupe de 70274 membres. Par rapport au groupe témoin, comparable en tous points à l’exception du praticien référent, il est constaté à la faveur des docteurs en chiropratique, une nette diminution des admissions hospitalières, des durées d’hospitalisation, des préscriptions médicamenteuses et du recours à la chirurgie.

Clinical utilization and cost outcomes from an integrative medecine independent physician association : an additional 3-year update. Sarnat et col 2007 JMPT May;30(4):263-9.

Intérêt de la prise en charge chiropratique et de son intégration dans les systèmes de soins :

  • La première évaluation européenne remonte à 1977 en Suisse. Elle concluait à l’ intérêt de la prise en charge Chiropratique(2). En Suisse les docteurs en chiropratique ont aujourd’hui le statut de profession médicale.

Dr Urs Xalter La Chiropratique vue par les patients 1977. Institut de Médecine préventive et sociale de l’université de Zurich.

  • En 1984 les docteurs en chiropratique en Australie ont été intégrés au système de santé et dans les hopitaux suite à un rapport de l’assurance collective « Medicare ». 

Second Report Medicare Benefits Revew Commitee. Thompson CJ. Commonwealth government Printer, Canberra,Australia?chapter 10-June 1986.

  • En 1990 une importante étude a été menée en Angleterre. Elle portait sur la prise en charge de 741 patients soit par des docteurs en chiropratique soit à l’hôpital. La différence entre les deux types de prise en charge est significative en faveur des soins chiropratiques. Les auteurs avaient conclu que l’introduction de la Chiropratique au sein du système de santé devait etre envisagée. En 1994 la Chiropratique a été reconnue. Elle est intégrée dans le parcours de soins.

T.W.Meade et al,British Medical Journal,300,2,6,1990,1431-1437.

  • En 1988, le gouvernement italien a achevé une étude de 2 ans portant sur 17 000 patients soignés par des docteurs en chiropratique dans 22 cliniques médicales. Cette étude montre que les soins chiropratiques ont réduit la durée d’ hospitalisation de 87 % et les arrêts  de travail de 75 %. La chiropratique est aujourd’hui une profession médicale en Italie.

 F. Splendori: L’efficacité des soins chiropratiques/ impact social, incidence sur les congés maladie et hospitalisation,1988.                                         

Il existe des centaines d’autres études démontrant l’efficacité de la Chiropratique, et la plus belle preuve est la reconnaissance de cette profession partout dans le monde.