• Le Tummy time

C’est une proposition de jeu interactif avec le bébé pour l’inciter à se mobiliser tant sur le ventre que sur le dos, en jouant avec vous, ce qui va aussi lui permettre de détendre certains muscles et d’en faire travailler d’autres.

Il s’agit aussi d’un exercice important à proposer au bébé s’il a un frein restrictif buccal car la mobilisation du corps va aussi favoriser la mobilisation de la langue lors des exercices. Cela fait partie de la préparation et de la rééducation lorsqu’une frénectomie doit être pratiquée.

Ce temps passé à jouer sur le dos et sur le ventre facilite la mobilité de la tête, du cou et de la langue. Il ne s’agit pas de laisser simplement bébé sur le ventre, mais de l’amener à bouger la tête avec votre sollicitation. La langue va suivre les mouvements.
Pour aider le bébé dans son développement psychomoteur, il est important de lui proposer différentes positions lorsqu’il est éveillé, et celle sur le ventre est très importante. En effet, les points d’appuis étant différents que sur le dos, l’influence de la pesanteur va se manifester différemment et lui permettre d’autres mouvements.
Souvent les parents n’osent pas proposer cette position de tommy time au nouveau-né, pourtant, le faire sur eux (comme montré à la fin de la vidéo) en peau-à-peau ou pas, est vraiment un beau moment à passer avec bébé. Utiliser un coussin ou une couverture roulée à placer sous le tronc du bébé va diminuer la difficulté que représente le poids de sa tête au début.

  • Le Guppy vient détendre toute la zone du cou dans laquelle la langue a des attaches

En effet, parfois, surtout en pré-frénectomie, le travail dans la bouche peut être compliqué parce que bébé peut avoir tendance à serrer la mâchoire.

Au début, et si bébé a des tensions, il est plus facile de commencer à proposer cette position à bébé face à vous, alors qu’il a les pieds relevés contre votre torse (comme sur la photo du début de l’article), plutôt que les jambes allongées comme on le voir dans la dernière vidéo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En conclusion
N’hésitez pas à poser des questions aux personnes (formées à l’accompagnement des freins buccaux restrictifs) qui suivent votre bébé. Toute difficulté a souvent ses raisons et ce qui est vrai pour un bébé ne l’est pas nécessairement pour un autre.
Il est essentiel de voir le travail dans sa globalité, ce qui implique, éventuellement plusieurs thérapeutes. Nous savons que c’est assez lourd pour les parents tant dans leur investissement que financièrement, mais les avantages sur le long terme sont tellement importants!